Ajax loader
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.
László MOHOLY NAGY
(1895-1946)
Après avoir étudié le droit à Budapest et servi lors du premier conflit mondial, le hongrois László Moholy-Nagy s'installe à Berlin. Aquarelliste et dessinateur autodidacte sous l'influence du suprématisme, il n'aborde initialement la photographie que sous l'angle de la collection d'images. Acquis au modernisme, proche de Dada, il pratique le photomontage et pense à une Nouvelle Vision comme pédagogie du voir dans un monde subordonné à la technologie. En 1922, il réalise ses premiers photogrammes. S'il partage le procédé avec Christian Schad (schadographie) ou Man Ray (rayogramme), Moholy-Nagy les théorise comme enregistrements schématiques du mouvement de la lumière. Le vocabulaire formel suprématiste et constructiviste continue de s'exprimer dans ces images qui ne procèdent pas d'un appareil. Pour lui, l'image juste du monde qui lui est contemporain peut surgir de l'accident ou de critères plastiques, qui jusque là, disqualifiaient une photographie.
Á l'instigation de Walter Gropius, il enseigne au Bauhaus de 1923 à 1928, au cours préliminaire et à l'atelier du métal. En 1925, il publie et met en page Malerei, Fotografie, Film, ouvrage collectif et manifeste moderniste.
En 1934, László Moholy-Nagy part pour Amsterdam, puis pour l'Angleterre. Indépendant, il réoriente sa pratique photographique vers le documentaire social notamment avec les séries qui composent The Street Markets of London.
L'Amérique est pour lui une nouvelle terre d'accueil et il prend les rênes d'un nouveau Bauhaus implanté à Chicago. Mué en Institute of Design, son enseignement rayonne sur des photographes tels qu'Aaron Siskind ou Harry Callahan.
László Moholy-Nagy perdure comme un artiste de production multimédia, international, toujours en phase avec l'idée de modernité.