Ajax loader
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.
Nouvelle Vision
Au sortir de la première Guerre Mondiale, force est de constater que l'invention technique, amplifiée par la puissance industrielle, est désormais un paradigme des sociétés occidentales.
Les armées mécanisées des deux camps, sur les champs de bataille, viennent d'en faire la terrible démonstration.
À l'est, la Russie tzariste, féodale et agraire, s'effondre en 1917, sous les coups de boutoir de la révolution d'octobre. En matière d'agitation, le monde de l'art n'est pas en reste, Dada, l'urinoir de Marcel Duchamp...
Dans une Russie devenue soviétique, Alexandre Rodtchenko et le constructivisme règlent leurs comptes avec l'art bourgeois, la peinture de chevalet. Un cinéma expérimental et propagandiste, mené par Sergueï Eisenstein, Dziga Vertov, Lev Koulechov refonde le médium, tant par la construction des plans que par l'art du montage. Dynamisme, cadrage basculé, points de vue extrêmes, gros plans sur les visages d'espérance constituent les bases de son vocabulaire filmique.
En Allemagne, après la défaite, la République de Weimar, régime parlementaire, succède à l'Empire. Des idées nouvelles et progressistes ont droit de cité, cristallisées au plan de la création, par l'école du Bauhaus, fondée en 1919. L'architecture est le socle de l'enseignement, et les Maîtres dispensent un savoir qui valorise la convergence entre l'idée créatrice, l'artisanat et la collectivité plutôt que d'exacerber une personnalité, voire un égo.
La photographie comme machine de vision répond à cette ambition. Les lois optiques et chimiques qui la gouvernent la protègent d'une tradition picturale liée à l'auteur et son prétendu génie qui ne traduirait que des conventions bourgeoises surannées. L'appareil photographique, dans ce contexte réformateur, devient une machine égalitaire.
Laszlo Moholy-Nagy se présente en théoricien et ordonnateur de cette façon inédite de figurer le nouvel ordre des choses, urbain et technologique. Le registre formel qu'il promeut bannit ou prend à revers les formes classiques de la représentation. Au sujet centré, cadré à hauteur, le photographe de la Nouvelle Vision préfère la plongée ou la contre-plongée, le jeu des angles et des bords-cadre, le basculement de la ligne d'horizon, aidé en cela par la miniaturisation et la portabilité de l'appareil (le Leica 24x36 est proposé au public en 1925). La Nouvelle Vision photographique met aussi l'accent sur les structures ou les textures des matériaux, sur l'image " accidentelle " ou spectrale de l'objet dans son rapport direct à la lumière (photogramme).
En 1929 se tient à Stuttgart l'exposition Film und Foto (FiFo). Cette grand-messe de l'image réunit plus d'un millier d'oeuvres et propose une synthèse internationale de l'avant-garde photographique, parrainée par Edward Weston, El Lissitzky, ou bien sûr Moholy-Nagy.
Apogée d'une pratique et d'un style, Film und Foto en est aussi le début du chant du cygne. La montée du nationalisme en Allemagne, la prise du pouvoir par les nazis en 1933, et bientôt la deuxième Guerre Mondiale, sonnent la fin d'une récréation photographique, formidablement inventive, ludique et enthousiaste, impulsée par le désir de trouver à l'homme nouveau sa place dans un monde nouveau.