Ajax loader
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.
Autochrome
(Procédé)
En 1904 Louis Lumière présente la technique autochrome (brevetée en 1903) à l'Académie des sciences. L'autochrome est commercialisé en 1907 et fait l'objet d'une production industrielle qui s'arrête au début des années 1930.
Il s'agit d'une vue positive sur verre destinée généralement à la projection ou aux visionneuses. Elle peut également être interprétée afin d'obtenir une impression photomécanique en couleurs.
Les frères Lumière mettent au point une plaque sensible qui contient une mosaïque de particules de fécule de pomme de terre teintées en orangé, violet et vert. Ils expliquent leur méthode le 30 mai 1904 à l'Académie des sciences en ces termes : "basée sur l'emploi de particules colorées déposées en couche unique sur une plaque de verre, puis recouvertes d'un vernis convenable et enfin d'une émulsion sensible. On expose par le dos la plaque ainsi préparée, on développe et on inverse l'image qui présente alors, par transparence, les couleurs de l'original photographié."
L'autochrome ne nécessite pas d'appareil de prise de vue spécial. Bien que son prix de revient soit assez élevé et sa réalisation moins simple que la réclame ne l'affirme, il suscite un vif engouement chez les photographes amateurs qui apprécient sa capacité à restituer, en une seule prise, toutes les couleurs.
L'autochrome est une vue unique (comme le daguerréotype). Comme une diapositive, il se regarde par transparence dans une visionneuse ou par projection sur un écran.