Ajax loader
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.
Epreuve sur papier salé
(procédé)
Introduit par William Henry Fox Talbot en 1840 les procédés sur papier se déclinent en négatif (obtenu à la prise de vue) et positif (après tirage du négatif). Les tirages sur papier salé sont ainsi dénommés pour les distinguer des dessins photogéniques qui représentent la silhouette de l'objet.
Version positive du calotype, l'épreuve sur papier salé doit son nom à sa composition même. En effet, le papier photographique est d'abord baigné dans une solution saline avant d'être sensibilisé au nitrate d'argent, fixant ainsi chimiquement les grains d'argent dans les fibres du papier.
Il suffit ensuite de le mettre en contact avec le négatif dans un châssis-presse et d'exposer l'ensemble à la lumière pour que l'image apparaisse par noircissement direct. L'épreuve est enfin fixée, puis lavée. Ces opérations sont parfois précédées d'un virage à l'or qui modifie les teintes et assure une plus grande stabilité dans le temps.
Ce sont les premiers multiples photographiques.