Ajax loader
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.
Germaine KRULL
(1897-1985)
La vie de cette photographe d'origine allemande est rythmée par son insatiable curiosité qui la fait se déplacer tout autour du monde, approchant un grand nombre de genres photographiques - photographie de guerre, portrait, photographie documentaire, nu, photographie d'architecture, etc.
Égérie de la nouvelle objectivité, elle peut également adopter le style documentaire ou encore un certain néo-pictorialisme.
De 1916 à 1918, elle étudie la photographie à la Lehr-und Verschanstalt für Photographie de Munich. Activiste politique, proche du communisme, elle doit fuir à Berlin en 1920 où elle ouvre un atelier de portrait non loin du Kurfürstendam.
Après sa rencontre avec le cinéaste Joris Ivens, elle s'installe aux Pays-Bas, puis à Paris en 1926.
C'est alors une période de stabilité et de succès, elle participe à la revue l'Art Vivant de Florent Fels et publie de nombreux ouvrages. Elle fréquente les surréalistes et rencontre Walter Benjamin, Eli Lotar, Florence Henri, André Malraux…
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, en 1940, elle fuit la métropole et gagne l'AEF, Brazzaville, en passant par les États-Unis. En Afrique, elle dirige le service de propagande de la France libre. Elle rejoint la France lors du débarquement en Provence en 1944 et couvrira photographiquement toute la fin de la guerre.
C'est toujours comme correspondante de guerre qu'elle part en 1946 pour l'Indochine. La découverte de l'Orient est intense, elle parcourt alors l'Asie du Sud Est, revenant rarement en Europe. Convertie au bouddhisme, elle réside en Inde jusqu'en 1983, et rentre alors en Allemagne pour y mourir deux ans après.