Ajax loader
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.
Alfred STIEGLITZ
(1864-1946)
Américain, né dans le New-Jersey, Alfred Stieglitz renoue avec ses origines allemandes lors de ses études d'ingénieur à Karlsruhe puis Berlin. C'est par les cours de chimie qu'il aborde la photographie qui lui vaut rapidement une reconnaissance dans le cercle amateur.
De retour aux Etats-Unis en 1890, Stieglitz s'emploie a promouvoir la photographie pictorialiste, dans son acception plus naturaliste que picturale. Riche de ses contacts avec les sociétés pictorialistes de la vieille Europe, il en crée le pendant américain en 1902 avec Photo-Secession.
Alfred Stieglitz comprend l'intérêt qu'il y a à unifier production d'oeuvres photographiques, maitrise d'un appareil critique dans une revue et gestion d'un lieu d'exposition. C'est chose faite en 1903 quand il fonde avec Edward Steichen la revue Camera Work, puis en 1905 la galerie 291. Intuitif à la modernité, Stieglitz ouvre les cimaises de sa galerie aux artistes européens novateurs, Picasso, Picabia, Rodin ou Duchamp.
En 1907, Stieglitz réalise un instantané, L'entrepont qui renverse en apparence le crédo pictorialiste. Le jeu complexe des formes qui s'équilibrent dans cette image inspire à son auteur l'idée d'une correspondance avec son " sentiment à l'égard de la vie ". Cette engagement de la psyché dans l'approche photographique d'un sujet trouve son paroxysme au début des années 20 avec la série des Équivalents, qui porte sur des nuages, ou les portraits du peintre Georgia O'Keeffe, devenue sa femme et sa muse.
Alfred Stieglitz, comme chantre de la ville moderne et de l'avant-garde, ou dans son repli transcendentaliste, concentre sur sa personne l'évolution de la pensée photographique au tournant de la première guerre mondiale. Son influence sur l'art américain qui s'ensuit est plus que décisive.