Ajax loader
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.
Voyage
Au moins deux échos entrent en résonance lorsqu'il s'agit du couple voyage et photographie. L'un serait approprié aux pionniers en charge de missions exploratoires. L'autre aux photographes pour qui les désirs de découvrir, avec une sensibilité particulière, d'autres cultures et de réaliser des photographies d'une réalité subjective s'imbriquent intimement.
Dés 1839, un lien étroit se noue entre l'invention de la photographie et son usage documentaire lors de missions archéologiques comme celles de Guillaume Rey accompagné par Louis de ClerqJohn B. Greene, un des pionniers, réalise parmi les premiers clichés de paysage en Egypte.
Quant aux commandes officielles, elles se focalisent essentiellement sur les monuments et les paysages. A cet âge d'or de l'Orient, une quantité importante de calotypes et de daguerréotypes est réalisée par Félix Teynard, Maxime Du Camp, Jules Itier, etc.
Bien que voyage et tourisme ne se confondent pas, l'essor du tourisme, entre la fin du XIXème siècle et le milieu du XXème siècle, et l'usage de la photographie grandissent côte à côte.
Les pratiques photographiques amateurs se multiplient à cette période, comme on le remarque dans les vues familiales de voyages, mais aussi par des pratiques photographiques associatives illustrées, entre autres, par les images prises durant les courses photo-vélocipédiques auxquelles prend part Henry de Lestrange au sein de la société d'excursion des amateurs de photographies.
La fabrication du souvenir personnel par le quidam, celle du souvenir stéréotypé par le photographe illustrateur et celle de l'événement par le grand reporter se développent. Des agences, telles Magnum et Roger Viollet (en 1938) se créent et diffusent, elles aussi, des images de voyage. Des photographes, telles Denise Colomb, semblent préférer les portraits des autochtones dans leurs contextes de vie.
En 1958, le suisse Robert Frank fait paraitre The American, un ouvrage précurseur d'un voyage dans le quotidien. La démocratisation des destinations lointaines et la facilité à se déplacer rapidement engendrent à cette période une explosion des voyages pour tous.
Plus ou moins dans cette dynamique, depuis une quarantaine d'années s'amplifie un mouvement informel de photographes, pour qui la photographie serait la trace d'un voyage aussi physique qu'imaginaire (parmi d'autres Bernard Plossu, Thierry Girard, Martin Parr).