Ajax loader
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.

Gustave LE GRAY

(1820-1884)

Originaire de Villiers-le-Bel, élève du peintre Paul Delaroche, Gustave le Gray se heurte rapidement à la difficulté de vivre de son art.
La photographie, qu'il envisage vers 1840, lui offre le débouché que la peinture lui refuse. Á son bagage esthétique, Le Gray ajoute une réelle compétence d'expérimentateur, au service des procédés négatifs, et de tireur à la recherche d'une perfection des épreuves. En 1850, il publie un Traité pratique sur papier et sur verre et son nom reste associé au papier ciré sec, un calotype amélioré par trempage dans une cire d'abeille.
Déjà installé professionnellement, il participe en 1851, à la Mission héliographique, en tandem avec Auguste Mestral. Sa feuille de route le conduit en Touraine, Aquitaine, Languedoc ou Limousin.
En 1854, il est membre fondateur de la Société Française de Photographie, puis à la demande de Napoléon III, photographie le camp militaire de Chalons-sur-Marne en 1857. Á cette époque, il produit, par le procédé du collodion, une série de marines formidablement expressives. En combinant adroitement deux négatifs pour une image, afin d'obtenir des ciels nuageux, ou prenant le risque du contre-jour, il repousse les limites ordinaires de la prise de vue. Le résultat propulse la photographie vers un seuil esthétique inédit.
Maintes fois primé et honoré, Gustave Le Gray n'en connaît pas moins de sérieuses difficultés financières malgré l'intervention d'un investisseur, le Marquis de Briges. Ses carences commerciales et un épisode personnel l'éloignent de la France. On le voit en 1860 à Palerme, photographiant les insurgés siciliens guidés par Garibaldi.
Excellent pédagogue, Le Gray a dispensé ses conseils à Maxime du Camp, Charles Nègre ou encore Henri le Secq. Il occupe vers 1865 une chaire de professeur d'esthétique industrielle au Caire. Il décède dans la ville égyptienne, laissant à la postérité l'oeuvre d'un " primitif " de la photographie jusque là sans équivalent dans l'adéquation entre expérimentation technique et ambition esthétique.